COP24 : l’échec des institutions, le sursaut des entreprises et citoyens

COP24 : l’échec des institutions, le sursaut des entreprises et citoyens

Un accord pour sauver l’Accord de Paris. C’est la seule avancée de la COP24 qui s’est achevée à Katowice, le 15 décembre. Echec cuisant sur le reste. Les gouvernements n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur un plan d’action concret, pour rester sous la barre des 2°C. Entreprises et citoyens ont un rôle essentiel à jouer pour gagner la bataille du réchauffement climatique. Et leur révolution est bel et bien en marche. C’est « l’Affaire du Siècle ».

Pourquoi la COP24 est un échec 

 Aligner 200 pays sur une feuille de route action climat. L’ambition était grande pour cette COP24. Et d’avance vouée à l’échec. Les états n’ont réussi à accoucher que d’un seul succès : l’adoption d’une notice pour appliquer l’Accord de Paris. Qui définit les règles d’application de l’Accord de Paris.

Pour le reste, les Etats n’ont marqué aucune avancée concrète pour rester sous la barre des 2°C. En bref : le rôle des marchés de l’émission carbone a été reporté à l’année prochaine. Les négociations n’ont pas pris en compte les droits humains. Sans compter la trop légère avancée pour les pays pauvres dans cette lutte.

Rapport du GIEC : grand absent de la COP24

Et pour combler le tout : le dernier rapport du GIEC, n’a pas été pris en compte. D’après Jean Jouzel, ancien Vice-Président du GIEC, c’est une première.« Les rapports du GIEC avaient été un outil pour les différentes COP. Notamment, le cinquième rapport pour la COP21. C’est la première fois que l’on arrive à cette situation ».

Une situation pour le moins désarmante pour les scientifiques. Car au rythme actuel, nous fonçons droit vers les + 3°C. Les alertes du rapport du GIEC sont pourtant claires. Pour maintenir le réchauffement à + 2°C, il faudrait réduire les émissions carbone d’un tiers, avant 2030. Pour ne pas dépasser les +1, 5°C (qui marque déjà des catastrophes naturelles irréversibles), il faudrait les diviser par deux entre 2020 et 2030.

Non seulement l’Accord de Paris n’est pas assez ambitieux pour rester en-deçà des 2°C. Mais l’échec de la COP24 prouve que la fracture entre deux mondes qui ne se parlent pas s’agrandit. Le monde des politiques, des négociations internationales. Versus celui des entreprises, du civil, de l’humain, qui est ancré dans le réel.

Entreprises et citoyens : un rôle essentiel à jouer

On le voit bien. Les politiques et gouvernements ne peuvent rien faire. Les entreprises et la société civile doivent reprendre en main l’action.

Bonne nouvelle, la révolution climat est en marche. Depuis la démission de Nicolas Hulot, les marches pour le climat se multiplient en France. Les bloggeurs prennent position. Les citoyens et associations environnementales élèvent leur voix. Et proposent des actions concrètes avec une conviction forte : il est possible de trouver les solutions efficaces pour concilier fin du monde et fin du mois.

COP24 : l’échec des institutions, le sursaut des entreprises et citoyens En réalité, l’échec de la COP24, a fait déborder le vase. Ce lundi 17 décembre, 4 ONG ont lancé un recours en justice contre l’Etat français, pour inaction climatique. Portée par la Fondation Nicolas Hulot, Notre Affaire, Oxfam et GreenPeace, la pétition lancée sur internet atteint un record historique : 1, 2 millions de signatures obtenues en 36 heures. A la fin de cette journée, cette pétition sera probablement la plus signée sur internet de l’histoire française.

« L’Etat français, n’a pas respecté ses engagements ». « La France est hors-jeu pour respecter ses ambitions de l’Accord de Paris », souligne Jean-François Julliard de GreenPeace. Portée aussi par le collectif « Il est encore temps », cette pétition est l’Affaire du Siècle.

Et surtout, un point de départ pour aligner, enfin, entreprises, citoyens ET gouvernements vers une action environnementale juste, efficace et durable. Pour voir (ou revoir) la vidéo, cliquez ici. Vous aussi, vous pouvez signer (et relayer) la pétition en cliquant sur « L’Affaire du Siècle ».

Entreprises, citoyens, lecteurs… Que pensez-vous de l’Affaire du siècle ? Racontez-nous !

 

Passionnée de développement durable et de communication, je suis persuadée que c'est avec action concrète et engagement que nous construisons un monde meilleur.

#MakeOurPlanetGreatAgain 

 
0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.