Flottes d’entreprises : quelles tendances pour 2019 ?

L’Arval Mobility Observatory (AMO) a dévoilé les résultats de son baromètre 2019 des flottes d’entreprise[1] et c’est du lourd ! Véhicules à faibles émissions, diesel-bashing, mobilité alternative… On vous dit tout sur les grandes tendances 2019. 

Le diesel toujours dans la course

46 % des entreprises sondées en France souhaitent continuer à acheter des véhicules diesel neufs ! On peut dire que le diesel maintient le cap malgré un « bashing » soutenu ces dernières années. Un résultat qu’il faut tout de même nuancer. Seules 3 % prévoient d’augmenter la part de véhicules diesel dans leur flotte si les constructeurs leur proposent des motorisations avec les mêmes niveaux d’émissions de NOx et de particules fines que l’essence. 

Les véhicules à faibles émissions de plus en plus plébiscités   

85 % des flottes d’entreprises françaises de plus de 1 000 salariés ont déjà ou envisagent d’intégrer au moins un véhicule hybride, hybride rechargeable ou électrique dans les trois prochaines années. Ce pourcentage descend à 51 % si l’on inclut l’ensemble des entreprises hexagonales.  La France se place donc dans le peloton de tête européen. Seules 40 % des entreprises en Europe utilisent ou envisagent d’utiliser au moins un hybride, hybride rechargeable ou électrique. Ce taux remonte à 62 % dans les entreprises de plus de 250 salariés.

L’entrée remarquée des mobilités alternatives

Les grandes et très grandes entreprises ont largement intégré les solutions de mobilité alternatives. 68 % pratiquent l’autopartage et 67 % ont mis en place le covoiturage. Ces chiffres, légèrement supérieurs à la moyenne européenne, qui confirment une tendance bien ancrée. A noter que ces solutions sont aussi un levier de recrutement de nouveaux talents. Les Millenials plébiscitent en effet de plus en plus les alternatives aux véhicules d’entreprise même propres. Ils sont 70 % à préférer le covoiturage, 65 % l’autopartage, 45 % le crédit mobilité et 25 % le vélo partagé.

D’ici 3 ans, toutes les tailles d’entreprises envisagent d’intégrer des énergie alternatives (hybrides 30 %, véhicules électriques 26%). Mais ces solutions ne devraient ni remplacer ni diminuer les flottes d’entreprises à terme. « Seulement » 48% des grandes et très grandes entreprises françaises se déclarent prêtes à abandonner tout ou une partie de leur parc au profit de ces alternatives. 

Et la car policy dans tout ça ? 

Le CO2 reste la première donnée prise en compte dans l’élaboration des car policy : 74 % pour les grandes entreprises et 88 % pour les très grandes entreprises. Loin devant les particules fines (39% pour les très grandes entreprises et 35 % pour les grandes entreprises). 

Par ailleurs, seulement 14 % des grandes et très grandes entreprises ont réalisé leur plan de mobilité (PDM) ! Obligatoire depuis le 1er janvier 2018, le PDM désigne un ensemble de mesures visant à optimiser l’efficacité des déplacements des salariés d’une entreprise pour diminuer les émissions polluantes et réduire le trafic routier. Il s’agit d’un véritable projet d’entreprise visant à favoriser l’usage des modes de transport alternatifs à la voiture individuelle ! Parmi les 14 % des grandes et très grandes entreprises ayant mis en place leur PDM, 85 % ont opté pour le covoiturage, 65% pour le télétravail, 60 % pour l’autopartage et 55 % pour des bureaux partagés. 

Enfin, 63% des entreprises interrogées déclarent ne pas avoir mis en place de plan d’action pour améliorer la gestion de leur flotte… C’est la rentrée. L’occasion de réfléchir à une car policy performante !


[1] : Enquête réalisée avec l’institut CSA du 6 au 29 mars 2019 auprès de 3 613 entreprises européennes, dont 301 en France.