WLTP : casse-tête des gestionnaires de flottes auto

Il fait grincer les dents des constructeurs. Il chamboule la gestion de flotte en entreprise. Le nouveau cycle WLTP entrera en vigueur le 1er janvier 2020. Conçu pour mieux refléter les émissions de CO2 des véhicules, il représente pour les entreprises un réel défi. Car les taxes qu’elles payent dépendent des émissions de CO2… Et le nouveau référentiel rebat les cartes, les modèles présents dans les flottes n’étant plus forcément les modèles les plus intéressants d’un point de vue fiscal avec le WLTP. Les entreprises doivent donc entièrement repenser leur parc automobile. Tout en respectant les nouvelles limites d’émissions de CO2, fixées par l’UE. 

Les limites des nouvelles normes WLTP

Longtemps discutées, les nouvelles normes WLTP entreront en vigueur début 2020. Et leur raison d’être est louable : rapprocher l’homologation de la consommation réelle des véhicules. Problème : d’après une étude réalisée par l’ONG belge Transport et Environnement, il y aurait encore un écart de 12 % par rapport aux émissions réelles. L’ONG pointe du doigt un manque de transparence…

UE : des objectifs de réduction CO2 ambitieux 

Pour les constructeurs, double punition. Ces nouvelles normes WLTP vont faire grimper les consommations et donc les émissions de CO2… et dans le même temps les plafonds d’émissions des véhicules neufs baissent. Le conseil européen vient, en effet, de valider les limites d’émissions de COà horizon 205 et 2030. Les voitures particulières neuves devront émettre 37,5% de moins de CO2 en 2030 qu’en 2021. Avec une étape intermédiaire de moins 15% en 2025 par rapport à 2021. En moyenne, cela correspond à 80,7 g de CO2/km et de 59,3 g en 2030. Or, aujourd’hui, peu de véhicules sont déjà en-dessous de la norme attendue de 95 gCO2/km. Les véhicules utilitaires, quant à eux, devront émettre 31% de CO2en moins par rapport à l’objectif de 2021(147g/km) avec la même étape intermédiaire de moins 15% en 2025. 

Des objectifs très ambitieux, voire… inatteignables ? Il faut avoir en tête que les émissions de CO2dans le monde sont toujours à la hausse : + 2,7 % en 2018 contre + 1, 6% en 2017. 

Incertitudes chez les gestionnaires de flotte 

Pour les gestionnaires de flottes, c’est compliqué. Avec le WLTP, les consommations et les émissions de COseront plus élevées d’environ 25 % ou 23 g/km supplémentaire, avec, à la clé, un malus plus important. Et le cadre n’est pas encore fixé : « Le système d’immatriculation des véhicules (SIV) est en cours de modification et ne pourra indiquer qu’à partir de fin 2019 la valeur d’émission réellement mesurée selon la méthode WLTP sur le certificat d’immatriculation » a expliqué le gouvernement fin 2018. Grille de malus assouplie dans un premier temps, décalage de l’adoption du WLTP… 

Par ailleurs, certains pays comme la Finlande, déjà passés au WLTP donnent une idée de ce qu’attendent les gestionnaires de flotte : d’après un article du Monde, une citroen C3 1,2 essence peut voir son malus passer de 0 à 540 euros. Un SUV Peugeot 3008 va voir son malus passer de 0 à 1 740 euros et sa taxe sur les véhicules de société de 486 euros à 1 885 euros : une augmentation des taxes de 645 % pour ce seul véhicule. 

Attendre pour prendre des décisions… ou repenser dès aujourd’hui leur mobilité : la prise de position est complexe pour les flottes. 

Personne n’a la solution miracle 

Face à la pression qui monte, personne n’a vraiment LA solution. Aussi les entreprises testent plusieurs options : certaines investissent dans l’électrique, ou l’hybride. D’autres réduisent le nombre de véhicules diesel. D’autres encore incitent leurs collaborateurs à utiliser de nouveaux moyens de transport : en passant par l’autopartage, le vélo, plus de transports en commun… Mais ne font pas l’unanimité. Et pour cause, chacune présente des limites : l’électrique coûte cher et n’est pas pertinent sur tous les usages, l’hybride souvent ne séduit les conducteurs du fait de la taille de coffre réduite et il n’est vraiment intéressant… que si on le recharge. L’autopartage ou le vélo ne sont pas toujours possibles sur les trajets du quotidien. Alors comment faire ?

Les outils de télématique pour préparer la transition

En attendant d’atteindre les objectifs ambitieux de l’UE, ou l’arrivée du WLTP, il reste une solution intermédiaire, ancrée dans le réel. Les solutions de télématique embarquée permettent de mesurer en temps réel la consommation de carburant, le CO2émis par la flotte. Et en mettant en place des formations d’éco-conduite couplées à des systèmes de télématiques embarquées, les entreprises peuvent économiser jusqu’à 15% d’économies de carburant.

Adapter les solutions selon les usages réels

La télématique permet par ailleurs d’analyser la flotte automobile et d’identifier les solutions possibles selon les usages réels : urbain, routier, grand rouleur, petit rouleur… Certaines énergies (électrique, hybride, gaz…) s’adaptent mieux à certains types d’usage que d’autres. Mais, pour faire les bons choix, rien de tel que connaître parfaitement l’usage de votre flotte. 

Si les nouvelles normes sont un réel casse-tête pour l’entreprise, elles sont également une opportunité pour repenser sa car policy, identifier les zones de gaspillage de carburant, et accompagner la transition en embarquant les collaborateurs. Et, sans doute que, demain, le WLTP sera remplacé par la mesure réelle des émissions. Car, taxer les véhicules selon des normes ne résout pas le problème des émissions. Mieux vaut taxer les émissions réelles… Et c’est certainement ce vers quoi l’avenir nous amène !

Et vous ? Quelle stratégie adoptez-vous pour préparer la transition ?

CHARIER : le pari réussi d’une flotte auto responsable et rentable avec WeNow

« Agir pour que ça dure ». C’est l’ambition de l’entreprise de TP CHARIER, très engagée dans la maitrise de son empreinte carbone. En mai 2018, CHARIER signe un partenariat clé avec WeNow. Et comptabilise, un an après, 17 % d’économies de carburant, 5000 arbres plantés, et une flotte qui roule neutre carbone dès aujourd’hui. Agir pour le climat de manière rentable et vertueuse ? C’est possible. Constant CHARIER, Directeur Projets et Emmanuelle Marteil, Responsable RSE CHARIER, témoignaient avec nous, à PRODURABLE !

Bonjour Constant. Vous avez équipé l’ensemble de votre flotte de 500 véhicules du dispositif connecté WeNow. Comment avez-vous lancé le projet en interne ?

« Avec WeNow, nous avons d’abord lancé une expérimentation de 6 mois. Nous avons équipé 10 % de notre flotte de véhicules à l’époque. L’expérimentation ayant été concluante, nous avons déployé la solution auprès de l’ensemble de nos véhicules en mai 2018. Pour réussir ce déploiement, nous avons beaucoup communiqué en interne. Nous avons impliqué les managers à tous les niveaux. Et sensibilisé les conducteurs. C’est d’ailleurs une étape clé : embarquer les collaborateurs en amont dans la démarche. Car quand on parle de véhicules, de suivi de la consommation, on pense souvent à la solution technique. Mais il ne faut pas oublier que c’est le conducteur qui agit derrière le volant de son véhicule. C’est bien lui qu’il faut sensibiliser pour susciter son adhésion. »

Comment vos collaborateurs ont-ils adopté l’outil ?

« Les collaborateurs se sont vite pris au jeu des scores d’éco-conduite sur leur application WeNow. Cela a fait l’objet d’une véritable émulation en interne. Dès les premières semaines, les utilisateurs comparaient leurs scores, discutaient de leur classement dans l’application. Le côté ludique du service WeNow a permis de les embarquer rapidement et cela a eu un effet direct sur les économies de carburant. 

Autre point très important : il n’y a pas de géolocalisation. WeNow fonctionne sans géolocaliser le véhicule. C’était un point essentiel pour montrer aux collaborateurs que l’intérêt n’était pas de les fliquer. Mais bien de suivre l’impact environnemental du véhicule et de leur donner les outils en mains pour agir sur leur empreinte carbone ». 

Emmanuelle Marteil, vous êtes responsable RSE au sein de l’entreprise CHARIER. Quelles sont vos impressions en tant qu’utilisatrice du service WeNow ? 

« Il est vrai que l’aspect ludique et gamifiéde l’application a fait son effet en interne. Nous suivons tous notre classement, nous comparons nos scores le matin au bureau. Initialement déjà très sensible à mon empreinte environnementale, WeNow m’a permis de travailler dans cette continuité. Et d’agir pour une mobilité plus durable, au quotidien. La facilité d’utilisation du service contribue à ce que les bonnes habitudes d’éco-conduite soit intégrées à notre rythme ».

Vous avez notamment participé à la session de plantation d’arbres avec WeNow en forêt de Lanvaux. Pouvez-vous nous en dire plus ?

« En tant que responsable RSE il était évident pour moi que j’allais participer à la session de plantation d’arbres du 8 décembre dernier. J’y suis allée avec ma fille de 14 ans et je suis absolument ravie de cette matinée. C’est une action concrète, ludique et essentielle pour agir contre le réchauffement climatique. Ma fille en a d’ailleurs parlé à l’école. WeNow nous aide réellement à aller au bout de la démarche environnementale. C’était un moment d’échange et de partage avec des collègues. Un moment fort, de fierté d’agir pour le climat. 

Grâce aux équipes de l’ONF, Office National des Forêts, nous avons beaucoup appris sur les enjeux de la reforestation et de la protection de la forêt française. En tant qu’entreprise, mais aussi en tant que citoyenne nous avons un rôle essentiel à jouer. Je serai ravie de participer à de prochaines sessions. 

Constant Charier, un an après le déploiement, quels sont les résultats ?

« En quelques mois, nous avons atteint 17% d’économies de carburant. C’est le 2eposte le plus coûteux chez nous ! Cela représente 166 300 euros de carburant économisé depuis mai 2018 ! Nous avons aussi des résultats bluffants en matière de sécurité routière.  Nous avons réduit de 50 % les accidents routiers (même s’ils étaient peu nombreux). J’ai même des retours de notre médecin du travail : nos collaborateurs roulent moins vite sur l’autoroute.  

Nous avons aussi des résultats sur la maintenance des véhicules : notre garagiste nous a confié qu’ils n’ont jamais vu de plaquettes de frein aussi peu usées. Sur le plan environnemental, nous avons planté 5 000 arbres : 2 500 en forêt de Lanvaux (56), 2 500 en forêt de Mervent (85). C’est une action qui a suscité l’engagement et la motivation de plusieurs collaborateurs, qui sont venus planter des arbres, un samedi matin, avec leurs enfants. C’était un moment fort ». 

Quels sont les objectifs pour la suite ? 

Constant Charier 

« Avec les données récoltées via le dispositif WeNow, nous allons pouvoir définir notre car policy. Et identifier quelle partie de la flotte nous pouvons remplacer par des véhicules électriques, hybride, anticiper l’arrivée du GNV… Ce sera un chantier important. En matière de consommation de carburant, l’enjeu est aujourd’hui de stabiliser les économies atteintes. 

Enfin, il y a aussi un fort enjeu de maitrise du CO2sur nos engins. Nous touchons alors à une cible plus particulière de collaborateurs qui ne sont pas équipés de smartphone. Avec WeNow nous investirons donc dans la R&D pour réduire l’empreinte carbone de nos engins et camions. 

Emmanuelle Marteil 

« Côté RSE, notre objectif sera de continuer à animer notre communauté de collabor’acteurs pour maintenir le comportement d’éco-conduite sur le long terme. Et de soutenir des projets de plantation d’arbres, qui sont au centre de la démarche de WeNow. Pour la prochaine session de plantation, notre enjeu sera de convier encore plus de collaborateurs, et de sensibiliser de nouvelles entités en interne. Nous allons travailler en ce sens ».

Constant Charier, un conseil pour les entreprises qui nous écoutent ? 

« Je pense sincèrement que si la démarche RSE n’est pas rentable pour l’entreprise, elle a de grandes chances d’échouer. Avec nos 17 % d’économies de carburant, nous avons remboursé notre produit dès la première année. WeNow permet de coupler rentabilité et responsabilité environnementale. Agir pour que ça dure, on continue ensemble ». 

Piloter la flotte ou protéger les datas : il ne faut pas choisir

Piloter la flotte automobile, suivre les données de consommation, établir son bilan carbone. Autant de possibilités que vous offrent les systèmes de télématique embarquée pour préparer la transition énergétique de votre parc auto. Mais comment faire accepter par vos conducteurs ces fameux boitiers connectés sans qu’ils aient le sentiment d’être « fliqués » ? Comment les former à l’éco-conduite, sans géo-localiser leur véhicule ? Réponse en 5 points. 

1. Non à la géolocalisation oui aux données de comportement

Pour commencer, une idée reçue. « La géo-localisation est nécessaire pour piloter la flotte automobile ». Faux. Vous n’avez pas besoin de géo-localiser le véhicule pour suivre sa consommation de carburant ou son empreinte carbone. Nul besoin d’identifier le point de départ ou d’arrivée d’un véhicule. Ni le détail de son trajet. Et d’ailleurs il est vraiment plus simple de s’en passer pour faciliter l’adhésion en interne. 

En attendant, concentrez-vous sur le suivi du comportement de conduite et sur les gestes qui font flamber la facture carburant : passage des rapports de vitesses, accélérations, décélérations, freinages… 

2. Informez vos collaborateurs du coût de leur véhicule

Vous souhaitez réduire la facture carburant de votre flotte ? Commencez par donner des informations de consommation à vos collaborateurs chaque mois. Vous allez voir, cela va déjà changer une partie de leur comportement. Notamment parce qu’ils n’ont pas conscience des coûts réels du véhicule pour l’entreprise. C’est la même chose avec les téléphones portables professionnels. Si vous confiez un téléphone portable à un collaborateur et que vous ne lui transmettez pas, pour information, la facture, il aura tendance à utiliser ce téléphone comme s’il était gratuit. En voyant la facture, il limitera lui-même son usage.

3. Coachez vos conducteurs

Connaitre les scores et les défauts d’éco-conduite, quand on est gestionnaire de flotte, c’est bien mais ce n’est pas suffisant. Car il faut transmettre l’information au conducteur. Une démarche chronophage et délicate. Choisissez les systèmes qui vous permettent de coacher les conducteurs de manière personnalisée. Avec un coaching digital à l’éco-conduite disponible sur leur application mobile, ils pourront suivre leur performance, étape par étape, et adopter une consommation responsable à leur rythme.

4. Motivez vos collaborateurs et rendez-les acteurs de leur mobilité

Quatrième astuce : mobilisez vos collaborateurs sur des objectifs qui leur parlent vraiment. Votre objectif en tant que gestionnaire de flotte est de réduire la facture carburant, certes. Mais vos collaborateurs ont également des objectifs d’efficacité opérationnelle qui viennent parfois en contradiction. Montrez-leur qu’apprendre l’éco-conduite sur leur véhicule professionnel leur permettra de réduire leur budget carburant sur leur voiture personnelle. Et puis, peut-être qu’ils sont davantage concernés par l’impact environnemental du véhicule. En engageant personnellement, un par un, vos collaborateurs dans l’éco-conduite, ou encore l’adoption de nouvelles mobilités, vous verrez votre facture carburant baisser de 15 %. Et eux, seront fiers d’agir pour une mobilité bas carbone au quotidien.

5. Sensibilisez-les sur leur empreinte carbone globale

Au-delà de la mobilité, sensibilisez-les à leur alimentation, à l’empreinte carbone de leur consommation en énergie. Intégrez-les dans la démarche globale de la neutralité carbone.

Plus qu’acteurs, rendez vos collaborateurs fiers d’agir responsable. Et récompensez leurs efforts. Concrètement, en organisant des challenges d’éco-conduite en interne par exemple. Ou en organisant des sessions de plantations d’arbres en forêt, pour aller jusqu’au bout de la démarche climat. Car la mobilité durable, est un premier point d’entrée pour agir sur l’empreinte carbone. Un premier point essentiel, car la mobilité est le 1ersecteur émetteur de Gaz à Effet de Serre, en France. Sans compter 14 % des émissions mondiales.

Chez WeNow, nous avons commencé par la mobilité durable pour enrayer le réchauffement climatique. Et vous ? Par quel secteur avez-vous commencé ?

Flotte auto responsable : la télématique ne vaut rien sans action sur les comportements

Les coûts carburant explosent, l’empreinte carbone des véhicules pèse dans le bilan carbone des entreprises. Et pourtant les flottes grossissent…. Piloter la flotte automobile devient une urgence pour le gestionnaire. Les nouveaux outils connectés, tels que la télématique embarquée, permettent de récupérer les données. Mais pour agir et réduire concrètement les coûts du carburant et les émissions de CO2, il est aussi nécessaire d’embarquer le collaborateur et d’engager un changement de comportement durable en interne. Voici nos solutions concrètes pour coupler : pilotage de la flotte connectée et changement de comportement.

Pour le gestionnaire : réduire les coûts et le CO2

C’est un fait. Le parc automobile français est en pleine croissance. Et, avec lui, augmente le nombre de véhicules d’entreprise. Sur les 8 derniers mois, le marché du véhicule d’entreprise a augmenté de 6,2 % en France. Même pendant l’été, le marché a continué à croitre. En août le marché a enregistré une hausse de 20% par rapport à la même période en 2017.

Et qui dit parc automobile plus grand, dit plus de coûts, plus de CO2. Notamment dans un contexte où les prix du carburant enflent à cause des taxes CO2. Sans compter que Bruxelles accentue sa pression sur le CO2et ambitionne de réduire de 20 % des émissions de COdes voitures et des fourgonnettes d’ici 2020 et de 45% d’ici 2030.

Piloter la flotte grâce à la télématique embarquée

De plus en plus de véhicules connectés, de plus en plus de données disponibles. Grâce au progrès lié à la lecture des données et à l’exploitation des données de véhicules, la télématique embarquée offre de multiples avantages clés pour le gestionnaire ; suivre son parc, son usage, disposer de la consommation de carburant, du kilométrage… Repérer quelle partie du parc est électrifiable ou pas et à quel horizon. Avec des outils comme WeNow, le gestionnaire accède en quelques clics à un bilan détaillé de sa flotte. Un outil qui s’intègre parfaitement à son quotidien. Sans pour autant fliquer le collaborateur, car les données de ses trajets, sont à 100% anonymisées vis-à-vis du gestionnaire.

Pour un pilotage réussi : il est nécessaire d’embarquer le collaborateur

Si on parle beaucoup de télématique, d’outils connectés, de gestion des données… on oublie souvent que ce ne sont que des outils… et que les changements ne se font pas par magie. Le fait de connecter vos véhicules ne va pas générer tout seul de l’économie de carburant. Encore faut-il faire quelque chose de ces données. Et surtout… impliquer le collaborateur.  Car au final, c’est lui qui est au volant de la voiture. C’est donc lui qui est maître de la consommation réelle du carburant. C’est son comportement, plus ou moins responsable, qui aura un impact, positif ou négatif sur la facture carburant de l’ensemble de la flotte.

Concrètement, comment embarquer le collaborateur ?

Cela commence par l’intéresser et l’impliquer. Motiver le changement de comportement, est dans doute une démarche plus délicate. Car parfois, on a de bonnes intentions de départ, pour passer à l’écoconduite. Mais les priorités du quotidien l’emportent. Il existe alors des solutions comme les formations à l’écoconduite ludiques, digitales et fondées sur les nudges(sciences comportementales qui incitent à changer de comportement, plus écoresponsable, sans effort) pour déclencher le changement. L’aspect ludique des nudgessuscitera sans doute l’intérêt de vos collaborateurs.

Ainsi un collaborateur sera sans doute peu sensible à faire faire des économies de carburant à son entreprise s’il n’y gagne pas quelque chose. Pour impliquer concrètement les conducteurs et leur donner envie d’agir et de changer de conduite, WeNow a développé un programme d’engagement des conducteurs en s’appuyant sur les sciences comportementales et les nudges. WeNow sensibilise chacun à son impact sur le climat et s’appuie sur leur fierté d’agir pour la planète et pour les générations futures. Pour que chacun sente que tout effort qu’il fera aura un impact positif mesuré. Qu’il ne s’agit pas juste d’une question de réduction des coûts. Mais d’une démarche environnementale urgente pour le climat, et qui a du sens.

Entretenir la motivation

Comme chaque changement de comportement, il est ensuite nécessaire d’entretenir la motivation à conserver une bonne conduite. WeNow suit la baisse de motivation et organise régulièrement des challenges pour relancer l’intérêt et l’envie d’agir en interne. Les challenges peuvent être organisés par équipe ou en individuels, et leurs objectifs peuvent être variés (meilleur score, maintien d’un bon score, réduction du nombre de trajets inférieurs à 1 km, réduction de la consommation de carburant…)

Et vous savez quoi ? WeNow propose toutes ces solutions concrètes pour piloter durablement votre flotte automobile. Avec un engagement de rentabilité. D’ailleurs, c’est la semaine européenne de la mobilité. Ça vous dit de réduire votre empreinte carbone de manière rentable ? On se rencontre ? contact@wenow.com.

Une flotte auto économique et bas carbone, c’est possible avec WeNow !

Allier économies et réduction de l’empreinte carbone reste un réel défi pour la flotte automobile. Mais en misant sur des données fiables et un changement de comportement, plus écoresponsable, faire des économies et réduire l’impact climat de la flotte, est désormais possible ! L’Entreprise CHARIER, fortement engagée dans une démarche zéro carbone, a choisi WeNow pour réduire l’impact climat de sa flotte. Constant CHARIER, Directeur projets au sein de l’Entreprise CHARIER, témoigne.

Pouvez-vous nous décrire qui est l’Entreprise CHARIER ?

« L’Entreprise CHARIER est une ETI familiale de Travaux Publics qui a fêté en 2017 ses 120 ans. Implantée dans le grand Ouest, elle œuvre autour de 5 grands métiers :

Routes & Travaux urbains, Carrières et Recyclage des Matériaux, Déconstruction Désamiantage, Grands Terrassements et Génie Civil. Ses 1260 collaborateurs sont répartis sur 41 sites. Entre les véhicules de fonction, de service et les utilitaires, ce sont plus de 500 unités qui composent l’ensemble de la flotte de l’Entreprise. Au total, pas moins de 2.5 millions de litres de carburant sont consommés chaque année, un vrai enjeu pour l’Entreprise ! »

Pourquoi souhaitiez-vous connecter vos véhicules ? 

« Auparavant, nous n’avions pas d’outil de récupération des données sur les véhicules. Notre objectif était de disposer d’un outil nous permettant de récupérer la donnée de façon uniforme pour mesurer notre impact énergétique. Et également de sensibiliser nos collaborateurs à l’importance de leur mode de conduite sur la consommation mais aussi sur leur sécurité. »

Quel est l’enjeu de l’éco-conduite chez CHARIER ?

« Répondre au tryptique de la RSE, au cœur de la stratégie chez CHARIER. Sur le volet économique, c’est la réduction de nos coûts de carburants via la baisse des consommations. Sur le volet social/sociétal, c’est d’améliorer la sécurité de nos collaborateurs sur la route et sur le volet environnemental, réduire notre empreinte carbone. »

Que cherchiez-vous en matière de télématique embarquée ? De quoi aviez-vous besoin ?

« Outre l’outil unique d’agrégation des données (kilométrages, consommation…), nous avions besoin d’un service permettant de sensibiliser nos collaborateurs à leur mode de conduite et les pousser à changer leur comportement et ce, de façon durable. Nous cherchions aussi un outil sans géolocalisation et avec une possibilité d’anonymisation de la donnée. »

Qu’est-ce qui vous a séduit dans le service WeNow ?

« WeNow répond parfaitement à nos attentes autant au niveau des valeurs que d’un point de vue économique. Le service WeNow va même plus loin avec l’application conducteur permettant d’éduquer de façon continue à l’éco-conduite mais surtout propose un système de compensation carbone où chaque tonne de CO2 émise est neutralisée, grâce au soutien d’un projet ONU et via la plantation d’arbres en France. »

Combien avez-vous testé de véhicules et sur combien de temps ? Comment avez-vous lancé le sujet en interne ?

« Le projet a été testé de mars à décembre 2017 auprès de 30 collaborateurs sensibilisés en amont sur le sujet. »

Quels sont les retours des utilisateurs ?

« Nous avons constaté une véritable émulation entre les collaborateurs concernés : les détenteurs de l’application se sont challengés sans qu’il y ait de véritable incentive organisée. Des collaborateurs qui ne faisaient pas partie du test, ont même sollicité l’entreprise pour être équipés de l’application. Il y a également des gens qui souhaitent être équipés pour leur véhicule personnel ! »

Quels sont les bénéfices observés à la fin de la période de test ?

« En plus de l’émulation et de la sensibilisation à l’éco-conduite, c’est une réduction de 6% des consommations que nous avons observé sur la période de test. »

Quel est votre engagement RSE et comment WeNow s’intègre dans votre politique ? 

« 2017 a marqué un tournant pour la politique RSE de l’Entreprise CHARIER puisque nous avons mis en place le référentiel ISO 26 000 qui s’est traduit par une évaluation plutôt positive : avec 714 points sur 1000, nous faisons partie des 9% des entreprises se situant au niveau « maîtrise »  de leur politique RSE. WeNow apporte une réponse en parfaite corrélation avec notre politique RSE sur les aspects éco-conduite, bilan carbone et réduction des consommations et va dans le sens de la Qualité de Vie au Travail avec des collaborateurs plus apaisés sur la route. Le financement des projets verts, proches de nos activités fait écho à notre attachement au territoire. »

Quelles sont les prochaines étapes ?

« Le test ayant été concluant, l’Entreprise CHARIER a pris la décision d’équiper les 500 véhicules de sa flotte avec le système WeNow. Les objectifs sont bien entendu de réduire notre consommation mais également de rendre nos collaborateurs acteurs de leur conduite. Les projets locaux de reforestation, représentant la plantation de plus de 5000 arbres, et répondant à nos valeurs et à notre attachement au territoire, sont en cours de finalisation. »

Et vous, que faites-vous pour réduire l’empreinte carbone de votre flotte auto ?

On en parle ?!

Pour un système de télématique réussi : embarquer l’humain !

« Meilleure maîtrise des coûts », « Jusqu’à 15% d’économies de carburant »… Les systèmes de télématique se présentent souvent comme LES solutions clés en main pour générer des économies auprès de la flotte d’automobiles. On les dit faciles à mettre en place, 100% digitales, et pourtant, souvent, elles échouent car on oublie un élément essentiel : l’utilisateur. Comment s’assurer un déploiement réussi et de véritables économies ?

Sans le consentement de l’utilisateur, il n’y a pas de remontée de données. Avec le nouveau règlement européen sur la protection des données (la RGPD) qui sera applicable à compter du 25 mai 2018, le consentement de l’utilisateur devient essentiel pour permettre la remontée de l’information. Or, on sent une réelle réticence au sein des enteprises de la part des collaborateurs, à l’idée d’être « fliqués ». Et nombreux sont les programmes qui ne passent pas lors des consultations des Instances Représentatives du Personnel.

Rassurer l’utilisateur sur la confidentialité et la protection de ses données personnelles

Tout d’abord, commencer par un programme d’essai (Proof Of Concept) avec des collaborateurs volontaires est sans doute pertinent, pour que le collaborateur s’approprie le service, comprenne son fonctionnement… et surtout soit rassuré ! Commencer par quelques mois de déploiement permet de cadrer le lancement, et d’envisager un déploiement plus réaliste, qui permettra de préparer les collaborateurs à l’adoption du nouvel outil.

Fixer les jalons ! Définir les objectifs, établir des bilans tous les mois, suivre la baisse de la consommation et des émissions de CO2, les économies générées… Bref, encadrer le déploiement vous permettra de suivre de près les réussites et les ajustements nécessaires de votre système de télématique.

N’oubliez pas de constituer une équipe de suivi avec l’ensemble des parties prenantes. Cela facilitera la communication entre le gestionnaire de flotte, la direction de l’innovation et du développement durable.

Les données nécessaires, uniquement

De nombreux systèmes de télématique échouent aujourd’hui car ils sont trop complexes, remontent trop d’informations. Ne nous le cachons pas, au quotidien, nous n’avons pas le temps de traiter toutes les données !

Disposer uniquement des données nécessaires permet de mieux maîtriser les coûts, de gagner du temps et établir des bilans de manière automatique : par exemple, le gestionnaire du parc auto aura besoin des données kilométriques, de la vitesse globale, de l’évolution de la consommation et des émissions de CO2. Ces données seront également précieuses pour le responsable RSE, qui établira un bilan carbone ou rédigera le rapport RSE annuel.

De plus, si les données sont simples, elles seront plus faciles à partager en interne.

Donner du sens à l’utilisateur

Certes, l’entreprise veut faire des économies, mais l’utilisateur, lui, ne se sent pas concerné. Et s’il ne se sent pas concerné, il n’acceptera tout simplement pas le boitier dans sa voiture. Il faut lui donner des arguments qui lui parlent et qu’il valorise : expliquer, par exemple, que grâce à la télématique embarquée à son véhicule il apprend à faire des économies également lorsqu’il conduit son véhicule personnel ou encore l’embarquer dans un challenge interne.

Mieux encore, éveiller sa fierté et donner du sens à son action. L’engagement RSE, par exemple, peut susciter son engagement.

L’adoption d’un système de télématique prend du temps, le changement de comportement au volant (plus responsable) aussi. Il faut l’accepter. Le temps de préparation en amont du lancement est essentiel pour des résultats durables et une rentabilité sur le long terme.

Et vous ? Quelles sont vos astuces pour un système de télématique réussi ?