Mobilité urbaine et péage positif : et si on récompensait les éco-conducteurs ?

Déjà mis en place dans plusieurs villes européennes telles que Londres, Milan ou Stockholm, le péage urbain fait partie des projets à l’étude pour la prochaine loi sur la mobilité en France, qui sera dévoilée au printemps 2018. Son objectif ? Réduire la pollution et les embouteillages. Et si, au lieu de faire payer les conducteurs, on les récompensait lorsqu’ils font des efforts ? C’est le principe du « péage positif ».

Payer pour pouvoir circuler en centre ville

La ministre des transports Elisabeth Borne l’annonçait le 16 janvier dernier : la future loi sur la mobilité favorisera la mise en place de péages urbains en France. L’objectif : limiter l’accès des véhicules polluants en ville, inciter les automobilistes à adopter une mobilité propre… Mais le projet fait clairement débat, car le péage urbain pourrait revenir cher aux conducteurs, déjà touchés par la hausse des prix du carburant. Pas sûr que le péage urbain atteigne ses objectifs de mobilité propre via un système de punition.

Et si on privilégiait plutôt le péage « positif » ? Un péage à l’envers, qui récompenserait les conducteurs qui adoptent un comportement responsable ?

Récompenser le conducteur au lieu de le punir

A l’image d’une expérimentation qui sera lancée à  Lille fin 2018, verser un éco-bonus aux conducteurs qui adoptent un comportement vertueux pourrait être une piste très encourageante. Le péage positif pourrait récompenser les conducteurs à chaque fois qu’ils évitent les heures de pointe, qu’ils préfèrent le vélo ou encore le co-voiturage. Non seulement cela valorise les efforts, mais en plus ça motive à changer de comportement sur le long terme.

Les récompenses pourraient être diverses : financières, certes, mais pourquoi pas des initiatives pour faciliter son quotidien ? Par exemple un accès à une place de parking offerte au bout de cinq trajets en co-voiturage ?

L’impliquer dans des projets de compensation

Sensibiliser les citoyens à des projets de reforestation par exemple, pourrait être un projet porté par les villes. Planter des arbres en France, en région, pour donner du sens à leur action, et les intégrer pleinement dans une stratégie de ville durable. Visualiser concrètement le fruit de ses efforts, voilà une source de motivation très humaine, et pourtant bien réelle et à prendre en compte dans une stratégie de mobilité durable.

Le former à l’éco-conduite

Et pour aller plus loin, pourquoi ne pas former les citoyens à l’éco-conduite ? Car circuler en ville ne veut pas dire vouloir polluer. Au quotidien, on n’a souvent pas le choix du mode de transport pour aller au travail, conduire les enfants à l’école… Former les conducteurs à l’éco-conduite est une manière concrète et efficace pour leur donner les moyens d’agir tout de suite sur l’impact climat de ses trajets.

WeNow est une solution connectée au véhicule, et une formation digitale à l’éco-conduite pour devenir éco-conducteur plus facilement. Et vous, que pensez-vous du péage positif ?

 

Passionnée de développement durable et de communication, je suis persuadée que c'est avec action concrète et engagement que nous construisons un monde meilleur.

#MakeOurPlanetGreatAgain 

 
0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *