Boîtiers connectés : on se trompe de cible !

Aujourd’hui en France, moins de 3 entreprises sur 10 ont équipé leurs flottes automobiles de boîtiers connectés[1]. Pourquoi ce retard par rapport à nos voisins ? Parce qu’on se trompe de cible. Explications.

Ca commençait pourtant bien …

La flotte connectée a de quoi séduire : un simple boîtier installé dans chaque véhicule permet de transmettre en temps réel les informations liées à l’usage. Véritable tableau de bord digital, la télématique embarquée permet de réduire les frais de maintenance, diminuer les coûts des trajets, mais aussi de renforcer la sécurité des conducteurs et de réduire les émissions de CO2. Résultat : les solutions de gestion de flotte intelligente se multiplient sur ce marché en pleine croissance. En 2017, la proportion des flottes connectées en Europe était de 15 %. Selon les estimations du cabinet Berg Insight, elle pourrait doubler d’ici 2022 et passer à 29 % ! Pourquoi un tel engouement ? Parce que les gains sont bien réels. En 2016, Dalkia France (filiale du groupe EDF) équipait ses 8 200 véhicules en boîtiers connectés. Pour Jean-Luc Celotto, responsable de flotte, cette solution a permis de diminuer les consommations de 10 % et de réduire la sinistralité de 15 % ! Oui, la Data est un véritable atout au niveau individuel (le conducteur) et collectif (l’entreprise). 

Seulement voilà, il y a un hic

En France, on a tendance à vendre les solutions de pilotage intelligent aux gestionnaires de parc, oubliant au passage la véritable cible : le conducteur.

Depuis le lancement du Règlement général sur la protection des données (RGPD), les entreprises ont vraiment besoin de convaincre les conducteurs d’accepter un boitier connecté à bord de leur véhicule ! Parce que sans consentement, pas de data. Or, pour que le conducteur adhère, il faut qu’il y trouve un intérêt. Un système uniquement tourné vers le gestionnaire de parc ne suffit donc pas.

Cibler le conducteur c’est également important parce que… c’est lui le pilote ! C’est lui qui consomme, qui utilise la voiture. Le gestionnaire de parc n’est pas le responsable hiérarchique des conducteurs. Il n’a donc que peu de leviers pour faire en sorte que le comportement de conduite change. Pour être efficace en matière de changement de comportement de conduite, c’est donc au conducteur que le boîtier connecté doit s’adresser. Il faut lui donner envie de s’en emparer pour optimiser ses déplacements.

Alors, comment donner l’envie… d’avoir envie ?

Réponse : en utilisant les bons arguments. Prenons l’exemple de la réduction de la consommation de carburant : pour inciter les collaborateurs à utiliser leur boîtier, quoi de mieux qu’un concours interne pour récompenser la meilleure éco-conduite du mois ? Compétitions, primes, cadeaux … Il existe toute une palette de moyens pour créer une émulation collective et positive autour de la voiture connectée. Chez WeNow, nous avons dès le début choisi de nous centrer sur le conducteur, en le rendant fier d’agir pour la planète. Notre outil de pilotage de l’efficacité énergétique permet à chaque conducteur de réduire sa consommation de carburant de 5 à 15% ET de neutraliser ses émissions carbone. Nous proposons aussi de coacher les conducteurs au quotidien pour les familiariser à l’éco-conduite. Comment ? Grâce à un accompagnement 100 % personnalisé sur l’application mobile ainsi que des bilans mensuels de leurs performances. Et ce n’est pas tout : sur notre plateforme en ligne, des conseils et challenges animent en permanence la communauté de conducteurs pour stimuler leur motivation. Que le meilleur gagne !


[1] : Source : édition 2018 du TCO Scope de l’Observatoire du véhicule d’entreprise (OVE)