Dérèglement des saisons, ouragans, inondations… On connaît malheureusement la chanson des conséquences climatiques dévastatrices due à la hausse de la température mondiale. Mais ce dont on parle peut-être moins, c’est de l’impact de ce dérèglement climatique sur l’économie mondiale. Saviez-vous à combien sont évalués les coûts des catastrophes naturelles de ces deux dernières années ? Le risque climatique n’est plus qu’un risque. C’est une réalité. Et la facture est très élevée. Décryptage.

Le risque climat, c’est quoi ?

Tout d'abord, le risque climat désigne la vulnérabilité des entreprises vis-à-vis des variations climatiques. Température, précipitations, vent… Ces variations représentent un risque climatique d’autant plus élevé, aux conséquences directes, pour les secteurs dépendants de ressources naturelles. C’est le cas de l’agriculture, de l’énergie, du textile ou encore du tourisme. Mais, au rythme actuel auquel se dérègle le climat, tout secteur est indirectement impacté.

Catastrophes naturelles et pertes économiques

En effet, on parle de « risque ». Mais en réalité, le dérèglement climatique a déjà des conséquences graves sur l’économie. Saviez-vous qu’en 2017, le coût des catastrophes naturelles et aux désastres causés par l’homme (incendies, accidents industriels…) s’élève à 337 milliards de dollars ?

D'ailleurs, d’après le réassureur suisse Swiss Re, il s’agit de l’année la plus coûteuse sur ces 50 dernières années. Le pire étant, que c’est deux fois plus qu’en 2016 !

Des coûts élevés pour les assureurs

Pour les assureurs, la facture est salée. Aux États-Unis, les ouragans Harvey, Irma et Maria ont généré 92 milliards de frais d’assurance. Et les incendies (au Canada, au Portugal…) représentent quant à eux 14 milliards de dollars en demandes de dédommagements.

Aussi, c'est bien sûr sans compter les pertes humaines et l’impact de ces catastrophes sur les habitants des régions touchées.

Risque climat : des conséquences chiffrées

Ce n’est pas un phénomène ponctuel. Ni local. Ni exceptionnel. Le risque climat s’accélère à l’international et les pronostics pour les années à venir ne sont pas rassurants. D’après une étude récente, publiée dans la revue scientifique Climate, les dommages causés par les inondations en Europe seules, vont plus que doubler. Pour atteindre 15 milliards d’euros par an. Et ceci dans le cas du scénario le plus optimiste où la température mondiale n’augmenterait « que » de 1,5°C. Dans ce scénario, le nombre de personnes affectées par les inondations augmenterait de 86 %, ce qui représente 650 000 personnes par an.

Désormais, le risque climat est une réalité chiffrée. Et les conséquences sur les pertes économiques sont énormes. Au-delà de sensibiliser, il est plus que jamais temps d’agir. Transformer nos économies, nos comportements, nos habitudes de consommations, pour réduire le risque.

Maintenant que l’on réussit à mesurer l’ampleur des dégâts, n’est-il pas temps de mettre en place un plan d’action pour les limiter ?