Votre nouveau super-pouvoir

Comment sensibiliser vos collaborateurs à la réduction de leurs émissions de CO2 quand ce gaz est invisible et inodore ? Réponse : en les aidant à réaliser leur bilan carbone personnel. Cette semaine, on vous invite à découvrir « Mon empreinte carbone », le dispositif qui donne un super-pouvoir : celui de voir le CO2

Bienvenue dans la « culture CO2 »

« Mon empreinte carbone » est un dispositif digital conçu par WeNow qui sensibilise chaque collaborateur à son impact carbone personnel. Pourquoi ? Parce que c’est en comprenant son impact personnel sur le réchauffement climatique qu’on commence à s’intéresser au CO2. Et donc à contribuer à la feuille de route bas carbone de l’entreprise !

Tout est parti d’un constat simple : si on parle beaucoup de CO2 de nos jours, force est de constater qu’on ne sait pas toujours de quoi il s’agit. Offrir à chaque collaborateur la possibilité de réaliser son bilan carbone personnel permet de saisir l’enjeu. Cela fait partie de la responsabilité de l’entreprise !

Alors concrètement ça donne quoi ? La plateforme en ligne développée par WeNow permet de calculer en 10 minutes (via un questionnaire) la quantité de CO2 que chacun d’entre nous émet à titre personnel chaque année. Cette première étape est suivie d’un atelier de sensibilisation, en présentiel ou en ligne. Au programme ? Formation aux causes et conséquences du réchauffement climatique, mise en perspective du bilan carbone personnel au regard de la moyenne française, pistes d’actions pour réduire ses émissions… De quoi passer des paroles aux actes.

« J’ai compris ce qu’était finalement l’effet de serre »

Christophe Bourreau est délégué général au Crédit agricole Anjou Maine. Le 17 septembre 2019, il a déployé le dispositif « Mon empreinte carbone » auprès de 15 équipiers, dans la perspective d’animer la partie thématique des 92 prochaines Assemblées générales de caisses locales 2020.

Son verdict ? « J’ai compris ce qu’était finalement l’effet de serre et je suis en mesure désormais de l’expliquer. Au-delà du logement et du transport, j’ai appris que nos équipements émettaient autant de CO2 que notre alimentation. J’ai découvert que la fabrication d’un jean émettait autant de CO2 qu’un smartphone et qu’ils devaient tous les deux vivre le plus longtemps possible ! J’ai pris conscience du nouveau danger que les data centers représentent. » 

Avait-il des appréhensions au départ ? « J’avais surtout peur du bilan carbone de mes déplacements en avion et voiture : or, j’ai réalisé que ma consommation de chauffage émettait un taux de CO2 au moins aussi important ! ». Le côté ludique et simple du bilan carbone a agréablement surpris Christophe et les 15 participants. « Tous veulent désormais aller plus loin dans la démarche de réflexion. L’un d’entre eux voulait même en faire profiter ses proches ! »

Un effet boule de neige positif 

Pour Christophe, le dispositif n’en est qu’à ses débuts « Nous allons le déployer auprès de nos 200 secrétaires et présidents de caisses locales. Notre objectif ? Les séduire eux aussi sur ce sujet pour pouvoir aller plus loin. A terme, l’idée serait de proposer le dispositif à nos 1 900 équipiers, 1 300 administrateurs et de l’offrir à 1 600 sociétaires lors des Assemblées générales à venir. En tant que banque coopérative, nos valeurs mutualistes impliquent d’être utiles à notre territoire et aux personnes qui y vivent. La réduction de notre empreinte carbone, qu’elle soit collective ou à l’échelle des individus, figure parmi nos actions RSE clés. Ce dispositif peut nous aider à réellement faire la différence. ».