Ecologie : l’envie d’avoir envie

Et si on oubliait l’écologie « punitive » pour se tourner vers un modèle plus enthousiasmant ? La cause environnementale n’est jamais mieux portée que par des femmes et des hommes pleinement convaincus. Elle n’est même d’ailleurs portée QUE par des personnes convaincues qui pollinisent autour d’eux et font bouger les lignes. C’est vraiment génial quand il s’agit du patron, mais chacun peut agir à son niveau et changer le monde. Alors, comment (re)donner envie de s’engager à vos collaborateurs ? Notre topo en 4 étapes.

Etape n°1 : comprendre ce qu’il se passe dans la tête de chacun

Commençons par nous intéresser à la psychologie de l’écologie. Celle-ci repose sur 4 facteurs liés à l’individu :

  • Sa personnalité et ses valeurs en font-elles quelqu’un de responsable ? 
  • Sa sensibilité à la pression sociale le pousse-t-elle à suivre le groupe (si tout le monde adopte les éco-gestes par exemple)?
  • Son niveau d’information l’aide-t-il à savoir comment agir et à croire en l’effet de ses actions ? 
  • Sa perception des contraintes lui fait-elle se demander si ses efforts « en valent la peine » ?

Si chaque individu est différent, quelques grandes règles s’appliquent à tout le monde (ou presque). Par exemple, le discours catatrophiste et les images choc ne vont mobiliser que les personnes déjà convaincues (le fameux « entre-soi »). Chez les autres, cela va générer un sentiment de rejet ou d’indifférence (« je n’y crois pas »). De la même manière, la sensibilisation aux phénomènes globaux (fonte des glaces, disparition d’espèces naturelles) peut toucher les personnes déjà averties mais sembler très lointaine pour les autres. Et donc difficilement se traduire en actions concrètes.

Etape n°2 : éduquer sans affoler 

C’est un fait : les personnes les plus sensibilisées à l’environnement sont celles qui essaiment (pollinisent même !) le plus autour d’elles. Telles des abeilles aussi industrieuses que motivées, elles sont les véritables vecteurs du changement tant attendu pour faire de l’écologie une réalité dans l’entreprise. On vous le donne en mille : éduquer les collaborateurs sur leur impact environnemental peut les transformer en acteurs engagés. 

Pour autant, force est de constater les limites de l’attitude jusqu’au-boutiste de certains écologistes, qui lorsqu’on y ajoute la déprime des médias ont le chic pour nous décourager de toute tentative de changement. Bien sûr qu’il y a de quoi s’inquiéter (et vivement) de l’urgence climatique. Mais pour impulser un réel changement chez les gens, ne vaut-il mieux pas leur montrer des personnes motivées, enthousiastes et optimistes, qui poussent à agir ? 

Etape n°3 : faire porter le discours par les bonnes personnes 

Il y a 2 approches complémentaires : le plaidoyer politique de Greta Thurnberg (férocement engagé), qui s’adresse avant tout aux leaders politiques et industriels (qui sont les premiers à devoir agir). Et le discours qui fait rêver de Bertrand Picard, qui s’adresse lui aussi aux décideurs mais aussi au grand public et aux entrepreneurs de tous bords (qui peuvent aussi changer les choses à leur échelle). Bertrand Picard, c’est cet aventurier suisse qui a fait le premier tour du monde en avion solaire, à bord du Solar Impulse. Ses images extraordinaires en ont fait rêver plus d’un : depuis, il sillonne la planète pour vanter les mérites d’une économie verte et vertueuse. « Protéger l’environnement, c’est rentable » répète-t-il au gré de ses voyages. Son 3e tour du monde lui permet actuellement de présenter aux décideurs politiques 1000 innovations écologiques 100% rentables sélectionnées par sa fondation. Voilà un exemple qui donne espoir non ?

Etape n°4 : embarquer vos collaborateurs sur la voie de l’écologie  

Les initiatives les plus fructueuses pour faire de vos collaborateurs des acteurs de l’écologie sont celles qui s’ancrent dans le quotidien. Donner une seconde vie au matériel informatique, réduire sa consommation de papier, limiter ses déplacements… sont autant de micro projets éco-responsables qui peuvent être motivants dès lors qu’ils sont bien amenés au sein des collaborateurs. Challenges, mise en perspective des bénéfices (nombre d’arbres épargnés), système d’ambassadeurs… Il existe de nombreux moyens pour créer un effet « waouh » au sein de l’entreprise !

Selon une étude parue dans les Echos, la protection de l’environnement préoccupe les trois quarts des cadres. Ce pourcentage s’élève même à 81% chez les jeunes entre 26 et 35 ans ! Cela se traduit par des actions concrètes dans leur quotidien, des plus petites (comme éteindre la lumière en quittant une pièce) aux plus grandes (réduire significativement leurs déplacements). Ce qu’ils attendent désormais, c’est un engagement durable de la part de l’entreprise. Engagement qui peut avoir des répercussions positives sur le business aussi, les clients étant de plus en plus enclins à se tourner vers des entreprises engagées. En témoigne le baromètre réalisé par l’Ifop en mai 2019, qui révèle que plus de 6 Français sur 10 accepteraient de payer un à trois euros de plus dans un restaurant réellement engagé en faveur de l’écologie.

Le saviez-vous ? WeNow vous propose une formation digitale ludique et complète pour sensibiliser vos collaborateurs à l’écoconduite. Facile à implémenter, elle allie informations, quizz et vidéos pour faire de vos collègues des pros de l’écoconduite !

Nous contacter : contact@wenow.com